Escaut BouchainDenain et Bouchain sont des ports fluviaux situés sur le canal à grand gabarit de l'Escaut. Pour l'année 2017, selon les données de Voies Navigables de France, ils ont généré un trafic de 422.695 tonnes, soit une croissance de +32.8 %. Une telle situation confortent la place de ces deux ports fluviaux, une place essentielle, mais encore trop peu connue et valorisée. C'est particulièrement vrai pour le port de Denain, qui, avec son large quai, sa zone d'activités des "Pierres Blanches" et son radoub - le plus grand de la région - mériterait une bien plus grande attention.

Un trafic en hausse de 16,5% à Denain et 123,4% à Bouchain

L'année 2017 affichent de très bons résultats pour les ports fluviaux de Denain et de Bouchain, avec un trafic cumulé de 422.695 tonnes. Sur ce total, le port de Denain a généré un volume de 314.016 tonnes de marchandises et vracs, soit une croissance de 16.5 % par rapport à 2016. Plus significatif est le trafic du port fluvial de Bouchain. Il atteint un total de 108.679 tonnes contre 48.652 tonnes en 2016, soit une hausse de 123.4 %. Ce très bon résultat s'explique par la reprise du trafic de sable verrier destiné à la verrerie Saint Gobain d'Emerchicourt-Aniche (dont le nouveau four a été mis en service en mai 2017).

Les autres ports fluviaux du Valenciennois sont ceux de Valenciennes-faubourg de Paris, Saint-Saulve et Rouvignies. Des années durant, ils ont bénéficié d'un fort soutien de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Valenciennes, de la Région, de l'Etat et de l'Europe.

Cela s'est réalisé au détriment des ports fluviaux de Denain et de Bouchain. C'est particulièrement le cas pour le parc à conteneurs de Saint-Saulve, qui a été créé quasi ex-nihilo alors qu'à Denain, la zone d'activités des Pierres Blanches, située bord à quai, offrait des perspectives très largement supérieures.

Dans ce contexte très particulier, ces trois ports autour de Valenciennes ont généré  un volume cumulé de 568.988 tonnes dont 143.536 tonnes pour Valenciennes (-3,51% par rapport à 2016), 420.028 tonnes pour Saint-Saulve (+5,99%) et 5.424 tonnes pour Rouvignies (-96,26%).

L'ensemble des 5 sites fluviaux (Valenciennes, Denain Bouchain) affichent un total de 991.683 tonnes en 2017, soit une baisse de 1,65% s'expliquant largement par la chute d'activités du site de Rouvignies (ce port céréalier a subi l’impact de la moisson catastrophique de 2016 ayant des répercussions sur 2017).

Escaut Bouchain

A l'échelle du Nord-Pas de Calais, les trafics fluviaux se sont élevés à 11.36 millions de tonnes avec le transit (chiffre stable par rapport à 2016). Sur le plan environnemental, souligne le rapport des Voies Navigables de France, 11 millions de tonnes circulant sur la voie d’eau ont permis d’éviter le passage de 570.000 camions sur les routes.

La nécessaire remise en eau du bassin de radoub à Denain

Pour Bouchain, et plus encore pour Denain, on le voit, les perspectives du transport fluvial de marchandises sont potentiellement très grandes. Encore faut-il que la Communauté d'Agglomération de la Porte du Hainaut, la Région et l’État accordent à ce dossier toute l'importance qu'il convient.

A court terme, l'urgence porte sur la remise en eau et la valorisation du bassin de radoub. Ce site remarquable de maintenance et de réparation de bateaux fluviaux, est,faut-il le rappeler, le plus grand au Nord de Paris.L'installation de nouveaux portiques sur les quais de Denain et de Bouchain s'avèrent également nécessaire.

Dans le contexte du Canal Seine-Nord-Europe, c'est dès maintenant que les choix stratégiques et politiques s'opèrent et que les investissements se préparent.

© Francis Dudzinski-Ozdoba. Historien & Ecrivain. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Chiffres VNF Voies Navigables de France

 

dudzinskiPour plus d'informations sur le bassin radoub de Denain, voir le chapitre 5 ( "fluvial et ferroviaire au service de l'industrie". Page 87 à 113) de mon livre (Pour l'acheter, cliquer sur ce lien : "Denain, histoire d'un bassin industriel") . Francis Dudzinski-Ozdoba. Éditions Sutton. 

Commentaires  

#1 rené tick 22-04-2018 06:52
j'ai connu le radoub, alsthom atlantique y a travaillé pour réparer des péniches