Gare des mines DenainCentenaire 1914-1918. Voici comment apparait la Gare des Mines de Denain, en août 1914. Cette photo ainsi que l'article ci-dessous ont été publiés par La Voix du Nord le 1 août 2014. Cette gare des Mines a été inaugurée en octobre 1838... Totalement reconstruite et transformée par la suite, la Gare des Mines a été détruite en juin 2000.

" Happés par la guerre, à Denain, il y a cent ans

Été 1914, malgré les événements récents qui accentuaient les tensions en Europe, personne ne voulait croire en la guerre.
L’attention se portait plus sur l’application de la loi des huit heures de travail quotidiennes dans les mines et des retraites.
« À bas la guerre ! »

Gare des mines Denain

Des sujets débattus le 5 juillet au congrès de la Fédération des mineurs de houille, à Denain. Le 30, sous le regard désapprobateur des Denaisiens et les remontrances de la municipalité, un cortège d’un millier de mineurs et de métallurgistes suivait d’un air grave la fanfare en criant « À bas la guerre, vive la paix ! »

Le 31 juillet, Jean Jaurès, en visite quelques jours plus tôt dans la ville, est assassiné. Dès lors, plus rien ne pouvait empêcher l’escalade. Le 1er août, l’ordre de mobilisation générale est donné : le tocsin retentit pendant que les affiches sont placardées dans les rues. Malgré les divergences d’opinions, le silence règne à la lecture de l’annonce, le lendemain : tous les hommes mobilisables qui ne sont pas encore sous les drapeaux devront partir à la guerre.

« L’indignation s’ajoutait au patriotisme »

Peu de temps après, sur le quai de la gare des Mines, les familles assisteraient avec des sentiments mitigés aux départs des maris, fils et frères. André Jurénil détaille : « Le départ des soldats de Denain pour l’armée fut admirable. Il y eut un magnifique sursaut d’enthousiasme, de confiance. L’indignation s’ajoutait au patriotisme. »

Croire que les soldats partaient se battre « la fleur au fusil » est une idée reçue : aucun d’entre eux n’avait vraiment envie d’abandonner sa vie. Mais la conviction patriotique sembla l’emporter avec, tout de même, l’intime espoir que la guerre serait courte. Par-dessus tout, chacun était animé d’un désir de revanche contre cette Prusse qui, 43 ans plus tôt, avait dépossédé la France de l’Alsace et de la Lorraine. Le 3 août 1914, la guerre est déclarée".

Texte : La Voix du Nord.

Commentaires  

#1 jean yves 30-10-2017 10:02
triste période