Tram, Gares & Trains.

IMAG5877 (2)La SNCF a suspendu -  provisoirement -, le 2 juillet 2018,  la démolition du bâtiment d'accueil voyageurs de la Gare de Bouchain. Et cela, dans l'attente de la décision de la Direction Régionale aux Affaires Culturelles (DRAC), chargée d'instruire le dossier d'inscription du batiment, à l'inventaire des Monuments Historiques. La DRAC rendra son avis le 30 aout 2018. Photos et Vidéos.

denain tramwayTout au long du XIXe et de la moitié du XXe siècle, à Denain, le passage à niveau est un élément essentiel de la rue de Villars menant à Lourches ou Escaudain.  Trains des Mines et tramway s'y croisent. Ouvriers des Mines, de la Sidérurgie et de Cail l'empruntent quotidiennement. Explications et photos...

haveluy Voyette des MineursC'était une voie ferrée, celle de la Compagnie des Mines d'Anzin et elle reliait Denain à la fosse d'Arenberg en passant par Haveluy. Aujourd'hui, c'est un sentier riche d'un grand potentiel à la fois écologique et touristique Dénommé localement la voyette des Mineurs,  voilà un chemin de randonnée à restaurer et valoriser. Son avenir ? le vélo-rail. Mais pour y parvenir, il est grand temps de se mobiliser. Explications et photos...

bouchain gareLe déploiement d’une ligne ferroviaire, surtout au XIXe siècle ne doit rien au hasard, comme l’illustre parfaitement la ligne Somain-Cambrai-Busigny. Ainsi, lorsque la puissante Compagnie des Chemins de Fer du Nord (CCFN), dirigée alors par le Baron de Rothschild, présente son projet, elle prend soin de définir avec soin, à la fois le tracé et surtout les points d’arrêts. Nous sommes en 1854. Deux éléments fondamentaux sont retenus : desservir les villes administrativement de référence, ouvrir la ligne aux grands sites industriels.

bouchainComme je le détaille dans mon livre « Denain Bouchain. Histoire d’un bassin industriel », les gares de Lourches et de Bouchain, sur bien des points identiques, sont nées de l'ouverture, en 1858, de la ligne ferroviaire reliant Somain-Cambrai-Busigny. Aujourd’hui, cette ligne est toujours en activité, mais la plupart de gares ont été détruites. Dans le Valenciennois, il ne que reste que celle de Bouchain. Plus qu’une gare, ce bâtiment est un patrimoine de grande valeur historique. Le détruire est une aberration. Explications.

IMAG5784Après avoir rasé les gares historiques de Lourches et d'Iwuy, la SNCF s’apprête à détruire la gare de Bouchain. Ce batiment est pourtant le dernier témoin de l'épopée ferroviaire liée à la construction de la ligne Somain-Busigny en 1858. Une absurdité et une grande perte pour le patrimoine industriel et ferroviaire du XIXe siècle tant à Bouchain, que dans le Valenciennois.

IMAG5775Bravant l'apocalypse annoncée - la destruction du batiment voyageurs du XIXe siècle de la Gare de Bouchain par son propriétaire, la SNCF, des coquelicots par dizaines ont éclos. Tel un défi au temps et à la déraison, ils naissent, renaissent. Ils résistent à tous les désherbants de la chimie, à la folie destructrice d'une pseudo-modernité . Ils nous montrent la voie à suivre. Tout un symbole

bouchaingare02Après la destruction de ses remparts en 1892, Bouchain va-t-elle laisser détruire en 2018, sa gare datant de 1858 ?

 

dudzinski VDN 29052018 photo VDN. TonneauxLa gare de Bouchain, construite au milieu du XIXe siècle va disparaître du paysage d’ici à la fin de l’année. Plus aux normes, trop cher de la rénover, fait valoir la SNCF. Or pour l’historien Francis Dudzinski, le bâtiment mérite d’être préservé et de lui offrir une seconde vie, détaille la Voix du Nord dans son édition du 30 mai 2018

bouchain gareMesdames Messieurs élues et élus des villes de Bouchain et de Neuville-sur Escaut, du Canton de Bouchain, de la dix-neuvième circonscription du Nord, Mesdames Messieurs élues et élus siégeant à la Communauté d’Agglomération de la Porte du Hainaut, au Conseil Général du Nord, au Conseil Régional des Hauts de France, vous pouvez intervenir pour sauver de la démolition la Gare de Bouchain et sa halle ferroviaire

denain Tramway 1965Voici une photo devenue, avec le temps, une photo symbole illustrant la fin du tramway dans le Denaisis. Nous sommes le vendredi 19 mars 1965, à l'arrêt Villars, face au "Lutecia" à Denain.

bouchain gare neuville1Difficile de faire plus enclavée : la gare dite de Bouchain se situe à l'extrémité du boulevard Louis Havez. Quant à la halle ferroviaire, elle a été bâtie sur une étrange bande du territoire de Neuville-sur Escaut, se déployant bien loin du centre urbain. Pas de doute :  c'est la gare des confins, des limites extrêmes, de "là-bas-au-bout". Résultat, ce n'est pas nécessairement l'espace prioritaire en termes d'aménagement et d'investissements.

archi11La démolition du bâtiment voyageurs de la gare (située sur Bouchain et Neuville sur Escaut) est une absurdité historique et patrimoniale. C'est la dernière gare du XIXe siècle jusqu'à présent sauvegardée en Ostrevant, sur la ligne Somain-Busigny. L'édifice recèle un grand nombre de spécificités architecturales d'une grande valeur comme le témoignent ces 20 photographies. Mesdames Messieurs les élu(e)s, les techniciens et les décideurs de la SNCF, il est grand temps de stopper cette folie destructrice. Le patrimoine industriel et ferroviaire, ce n'est pas un poids, une charge, mais bien au contraire, un atout, une chance, une ressource inestimable.

IMAG5253Sur le site de la Gare de Bouchain, deux bâtiments, à très grande valeur patrimoniale, marquent le paysage : celui de la gare voyageur et la halle ferroviaire aux marchandises. Le premier est sur le territoire de Bouchain et le second sur celui de Neuville-sur escaut. Ces deux édifices illustrant l'architecture ferroviaire de la fin du XIXe siècle - les derniers dans le territoire de Bouchain-Denain - méritent, en urgence, une sauvegarde et une réflexion sur de nouveaux usages.

bouchaingare1Selon la Voix du Nord(1), la SNCF a pris la décision de détruire, d'ici à la fin de cette année, le bâtiment du XIXe siècle de la gare de Bouchain. C'est une aberration sur le plan historique et culturel. Une fois encore, c'est une logique bassement comptable qui s'applique : après avoir des années durant, laissé le bâtiment à l'abandon, sans entretien ni chauffage, la SNCF estime aujourd'hui que la destruction dudit bâtiment serait moins onéreuse que sa rénovation. Une "logique" absurde mais tant de fois affichée pour vouloir expliquer la raison de la destruction d'un édifice à grande valeur historique.