denain circuit germinalVoici un document vidéo de l’Institut National de l’Audiovisuel, INA, diffusé au Journal télévisé de FR3 le 22 aout 1980. Il présente un circuit de découverte, dans Denain, conçu à l’époque par le Comité de sauvegarde du Terril Renard. Ce document video compte malheureusement bien des erreurs que je rectifie dans cet article. Malgré cela, ces images sont aujourd'hui un précieux document.

Plan N° 1 : la Cité Chabaud-Latour. Cette cité minière est associée à la fosse éponyme. Cette dernière a la particularité d’avoir connu une durée de vie très courte : de 1847 à 1853 (générant une production de seulement de 595 tonnes). L’impossibilité de combler une puissante arrivée d’eau a condamné la fosse. Tous les bâtiments de surface ont été détruits en 1877. Autour de cette fosse, une première cité a été construite non pas en 1825 comme le dit le commentateur, mais en 1870. Il s’agit de corons en ligne, équipés (pour chaque ligne) d’un four à pain collectif, d’une pompe à eau et de toilettes communes à l’extérieur. Puisque la fosse Chabaud-Latour n’est plus en activé à cette date, les mineurs partent travailler à pied vers les fosses Villars, Turenne, Bayard, Enclos ou Renard. Une deuxième cité est construite en 1924. Totalement réhabilitée, la Cité Chabaud est aujourd’hui sauvegardée et classée.

Plan N° 2 : Une vue rapide sur un bâtiment de l’ancienne fosse Perier (et non pas Terier, comme indiqué). Puis la fosse Mathilde, dans le quartier Turenne. La fosse Mathilde (1831-1863) est aujourd’hui le seul bâtiment d’exploitation sauvegardé. Muré, le bâtiment attend toutefois une réhabilitation et surtout de retrouver une nouvelle vie. Pour cela, faut-il encore lui attribuer un projet, valorisant sa très grande valeur patrimoniale

Plan N° 3 : la centrale électrique Turenne (et non pas dénommée Napoléon, du nom de la fosse située à proximité ). Elle n’a pas été construite en 1833 comme indiqué, mais à partir de 1910. La centrale a été en activité jusqu’en 1951. Le bâtiment présentait une architecture absolument remarquable. Les murs intérieurs étaient couverts de carrelages blancs. L’ensemble a été détruit en plusieurs phases, la dernière en 2007.

Plan N° 4 : la gare des Mines. Il ne reste rien de cette gare (seul subsiste à la place, un morne point d’arrêt de la nouvelle ligne de tramway). Reconstruite plusieurs fois, la première gare des mines date de 1838 (et non pas 1835). C’est la première gare ferroviaire construite à Denain. La deuxième gare, dite Gare du Nord date de 1888.

Plan N° 5 : le Coron Jean Bart, associé à la fosse du même nom. Il a été construit entre 1835-1851. Seul un ensemble a été sauvegardé. Il est vrai que c’est dans une des maisons qu’a vécu le poète Jules Mousseron (1868-1943), après avoir habité au Coron Plat.

Plan N° 6 : le café dit « le salon des Arts » superbement bien situé entre l’entrée de l’usine Cail et Usinor. Lui aussi a été détruit…

Plan N° 7 : le terril Renard. Majestueux, il ne s’élève pas à 120 mètres comme indiqué, mais à 76 mètres, ce qui n’est déjà pas si mal….

Texte : © Francis Dudzinski - Historien en Ostrevant. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Source et copyright de la vidéo : http://www.ina.fr