le calvaire de Marquette-en-OstrevantLe calvaire, nous dit le dictionnaire Larousse, est un monument - composé d'une (parfois jusqu'à trois) croix - dressée sur un endroit élevé d'un village. Celui de Marquette-en-Ostrevant correspond bien à cette définition.

Le calvaire de Marquette-en-Ostrevant a été édifié à l’initiative des chanoines du Chapitre Sainte Croix de Cambrai, en 1776. Il se situe à la jonction de 2 rues longtemps dénommées : la rue du Calvaire et la rue - très explicite -  d'En-Haut (en la remontant à pied, on le comprend...).

le calvaire de marquette-en-ostrevant
L’historien André Lebon précise qu’au Carême, le soir du Jeudi Saint, « les habitants de Marquette-en-Ostrevant se rendent à pied, avec des lanternes, jusqu’au Calvaire pour prier ». Ce calvaire a été restauré en 1867, en 1900 puis en 1990.

En 1867, l'inauguration du calvaire, recemment restauré, se déroule le dimanche 25 mars. Le curé du village (Petitprès), raconte, dans une note publiée en 1913, un fait qui a été largement commentée par les habitants. Un fait jugé exceptionnel, illustrant cet étonnant mélange du religieux et de la supperstition : " Les fidèles qui se rendaient processionnellement au lieu de l'inauguration rencontrèrent sur leur chemin le sieur P., cultivateur au même lieu, qui s'en allait aux champs avec ses boeufs : celui-ci, non content de travailler le dimanche, se moqua d'eux. Quelques jours après, le feu prenait aux écuries de ce cultivateur qui, en voulant sauver ses bestiaux, périt avec eux au milieu des flammes....".

le calvaire de marquette en ostrevant

Il se dit aussi qu’en 1899, à l’occasion d’un violent orage qui cause de nombreux dégâts dans le village, la foudre s’abat sur le calvaire semant l’effroi parmi les habitants…

Francis Dudzinski, Médiateur du Patrimoine de l'Ostrevant-Denaisis.

Photo : Francis Dudzinski. 2017

courrierVous souhaitez m'adresser un commentaire ? Une question ? une suggestion ? : cliquez ici. Merci. 

facebook